Système solaire : Comment s’est formée la Terre ?

Comment s’est formée la Terre ? Voici la réponse à cette question que les petits, mais aussi les grands, se posent. 

Il y a environ 4,5 milliards d’années, le Système solaire a petit à petit adopté cette disposition qu’on lui connaît aujourd’hui. A cette période, un nuage moléculaire interstellaire s’est effondré, composant le Soleil en son centre. Autour, un disque de gaz et de poussières est apparu. «La Terre s’est formée lorsque la gravité a attiré des gaz et de la poussière tourbillonnants pour devenir la troisième planète du Soleil», observe la Nasa sur son site. Chaque planète du Système solaire s’est formée avec un mélange qui lui était propre. Mais d’où vient cette poussière qui s’est finalement condensée pour donner la Terre ?

Selon une étude publiée fin 2019 dans la revue Nature Astronomyr, elle serait issue en partie de géantes rouges, des étoiles âgées qui ont déjà brûlé leur hydrogène comme ce sera le cas pour le Soleil d’ici 4 à 5 milliards d’années. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont effectué des mesures de l’abondance du palladium. Cet élément, qui se forme au cours de processus de «capture neutronique lente» ayant lieu dans le cœur des géantes rouges, était remarquablement présent dans la planète bleue, qui a donc hérité, dans «son mélange», de poussières provenant de l’une de ces vieilles étoiles. De manière générale, les étoiles dispersent tout au long de leur vie ou à la fin, grâce aux vents stellaires, en explosant, ou encore en fusionnant, des éléments chimiques qui sont les briques de la matière.

Et la Lune dans tout ça ?

Selon la théorie la plus acceptée par la communauté scientifique, celle de «l’impact géant», la Lune a été créée voici environ 4,5 milliards d’années lorsque la Terre primitive a été violemment percutée par un corps céleste baptisé Théia (mère de la Lune, Séléné, dans la mythologie grecque). La proto-planète était aussi massive que la planète Mars et le choc a été d’une violence formidable. Il a vaporisé Théia et une grande partie de la croûte et du manteau terrestre, pauvre en métaux. Une partie du nuage de roches vaporisées se serait de nouveau agrégée à la Terre, tandis que l’autre partie se serait solidifiée non loin de là, donnant naissance à la Lune. Problème : le sous-sol lunaire est plus riche en métaux que les portions de Terre excavés par Théia. Ce fait est connu depuis longtemps par les scientifiques qui en recherchent l’explication. Mais une récente étude indique qu’il y a encore plus de métaux qu’imaginé ce qui rend encore plus difficile l’interprétation de ce décalage en préservant l’hypothèse de l’impact géant. Les auteurs de l’étude proposent que la collision entre Theia et la Terra a été plus violente et dévastatrice que prévue et a propulsé en orbite des sections plus profondes de la planète, y compris des morceaux de noyaux bien plus riches en métaux. A moins que la collision ait eu lieu beaucoup plus tôt quand la Terre était encore une boule recouverte de magma en fusion. D’autres théories existent pour expliquer la formation de la Lune, certaines font appel à une série d’impacts et d’autres estiment même qu’elle est plus vieille que la Terre ! D’autres investigations seront encore nécessaires pour trancher cet épineux débat.