CES de Vegas : Servir l’innovation, même en viruel

L’édition 2021 du Consumer Electronics Show (CES) a accueilli moins d’exposants que les éditions précédentes et a été dominée par le Covid-19: les innovations liées aux technologies dans la nouvelle organisation du travail, des services de santé et de l’éducation sont particulièrement attendues.

 

Mais le salon s’est fait sans les lancements de produits sur grand écran, sans les rencontres fortuites avec les créateurs et sans les interactions avec les robots qui ont attiré des milliers de participants et visiteurs ces dernières années.

«Nous avons été contraints de nous adapter», explique Gary Shapiro, président de la Consumer Technology Association, qui organise le salon, assurant que le format virtuel «va illustrer comment l’innovation ouvre la voie à des lendemains meilleurs». Il y aura les traditionnelles présentations de nouveaux gadgets – quelque 1 700 exposants s’étaient déjà enregistrés fin décembre, contre 4 000 pour l’édition 2020 – les interventions de figures de la tech et des tables rondes sur des thématiques autour de l’influence des technologies dans la vie quotidienne.

 

Interactions virtuelles

Certains événements a été diffusés en direct, y compris pour le grand public, et des présentateurs ont orienté, en temps réel, les participants vers les événements. Mais malgré ces efforts, le format virtuel a découragé plus d’un participant, avancent des analystes. Les entreprises et startups cherchant à générer du «buzz» ont préféré tenir leur propre événement virtuel pour éviter d’être noyées dans la foultitude de présentations en ligne du CES. Mais le salon a eu une carte importante à jouer en tant que vitrine des technologies rendues ultra populaires par la pandémie.

 

Innovations pour la santé

La crise sanitaire a braqué les projecteurs sur les innovations technologiques en matière de santé, entraînant une adoption généralisée de la télémédecine: les consultations médicales à distance, via des applications spécifiques ou par vidéoconférence, ont explosé car de nombreuses personnes sont réticentes ou ne peuvent se rendre physiquement chez le docteur.

Elle a aussi donné de l’importance aux outils technologiques pour l’apprentissage à distance, de nombreuses écoles n’ayant toujours pas repris les cours en présentiel.

 

Assistants santé

Le streaming vidéo et les jeux vidéo se sont imposés dans le quotidien d’un plus grand nombre de personnes parce que les ménages sont contraints de rester à la maison du fait des restrictions de déplacements et des fermetures d’établissements culturels.

L’intérêt pour les équipements de gym, comme les vélos d’appartement, et les appareils ménagers dernier cri a fortement augmenté.

Si les géants de la Silicon Valley en ont été les grands vainqueurs, des opportunités se sont aussi multipliées pour les jeunes pousses, qui peuvent désormais laisser libre court à leurs innovations. «Nous avons observé une évolution plus que rapide que par le passé dans le (développement des) produits», affirme un analyste. «Le CES démontre le fait que les technologies sont désormais la base de toutes les industries».

Notamment le secteur de la santé, où les besoins sont exacerbés. «Les seniors sont de plus en plus isolés en raison de la distanciation physique imposée par la pandémie», dit Arthur Jue, dont la startup, LiveFreely, a dévoilé une application d’assistants personnels pour les objets Fitbit dans le but de permettre aux familles de rester en contact avec les personnes âgées. Humetrix, une société de technologies de santé propose, elle, des logiciels permettant de gérer notamment les dossiers médicaux de patients, une réponse à la multiplication de consultations hors du cadre du médecin traitant.