Le projet fou qui fait trembler l’UEFA et la FIFA : Les détails de la «Superligue européenne» révélés

La Fifa et l’UEFA ont lancé jeudi 21 janvier une contre-offensive conjointe contre toute «Superligue» réservée aux cadors européens, promettant de bannir de leurs propres compétitions les clubs et joueurs impliqués dans ce lucratif tournoi fermé.

 

Une réaction ferme qui démontre que ce projet fou est plus que jamais d’actualité. A quoi rassemblerait-il réellement ? The Times a pu consulter un document confidentiel présentant les détails de la formule, des participants et de l’impact sur les championnats nationaux.

 

Panique générale à la FIFA et à l’UEFA

Récemment évoquée dans la presse, une telle compétition «ne serait reconnue ni par la Fifa, ni par les confédérations concernées», écrivent dans une déclaration commune l’instance mondiale et ses six confédérations continentales – dont l’UEFA, concernée au premier chef. La menace est lourde de conséquences puisqu’elle aboutirait à priver les joueurs concernés de toute carrière en sélection, alors même que les formations pressenties pour une «Superligue» regorgent d’internationaux.

L’initiative est d’autant plus remarquable que les deux organisations tenaient jusque-là des discours légèrement distincts dans ce dossier, épouvantail du foot européen agité par les gros clubs. Si l’hostilité de l’UEFA à une telle idée est connue de longue date, puisqu’elle menace sa propre Ligue des champions, la Fifa s’était plutôt tenue à l’écart de ce débat européen, assurant se concentrer sur la réforme de sa Coupe du monde des clubs. «Tout club ou joueur impliqué dans une telle compétition se verrait par conséquent interdire de participer à toute compétition organisée par la Fifa ou les confédérations», écrivent cette fois les instances.

 

15 clubs indéboulonnables et 5 invités ?

Régulièrement évoquée depuis des années, la «Superligue» était revenue au cœur des discussions fin octobre 2020 lorsque le président démissionnaire du Barça, Josep Maria Bartomeu, avait annoncé que le club catalan avait accepté d’y participer. Selon plusieurs médias européens, cette compétition pourrait rassembler une quinzaine d’équipes des principaux championnats, avec des play-offs en fin de saison, sur le modèle des ligues nord-américaines.

Parmi les 15 clubs, selon le très informé The Times: Manchester United, Liverpool, Manchester City, Chelsea, Arsenal, Tottenham, 3 clubs espagnols (dont le FC Barcelone et le Real Madrid), 3 clubs italiens, 2 clubs allemands et 1 club français (probablement le PSG). Les clubs moteurs de ce projet seraient Manchester United, le Real Madrid et l’AC Milan. Chacun des participants recevrait 350 millions d’euros pour sa participation au projet, et la somme de 250 millions d’euros par saison. Tous les ans, 5 autres clubs participeraient à la Superligue, qui comprendrait donc au total 20 clubs, répartis en 2 poules de 10 équipes.

 

Quid des championnats nationaux?

Les équipes s’affronteraient deux fois en phase de poules, les 4 premières étant qualifiées pour les quarts de finale (aller-retour), puis les demi-finales (aller-retour) et la finale sur un match. Pour autant, les têtes pensantes de ce projet ont bien intégré qu’il était impossible de faire accepter la disparition des championnats nationaux. Cette Super Ligue européenne se tiendrait donc en semaine, à la place des Coupes d’Europe habituelles, et les championnats nationaux continueraient de se disputer les week-ends.

Outre les critiques sur la philosophie d’une Superligue, qui enrichirait un peu plus les grands clubs et creuserait les écarts sportifs en Europe, plusieurs acteurs du foot doutent du sérieux du projet. La menace d’une ligue fermée resurgit en effet à chaque renégociation avec l’UEFA des droits TV et du format de la Ligue des champions, une phase de manoeuvres en coulisses actuellement en cours pour l’après-2024.

In 7sur7