Visioconférence : Zoom contre Teams : qui l’emporte ?

Avec la COVID-19, l’utilisation des plateformes de visioconférence a explosé, deux d’entre elles en particulier ayant réussi à s’imposer. Êtes-vous plus Zoom ou Teams ? Ou préférez-vous une des dizaines d’autres, les Google Meet, Webex ou la québécoise Facilis Global, qui ramassent leur part du gâteau ? Petit survol des forces et faiblesses des deux meneurs.

 

La plateforme incontestablement la plus populaire sur la planète, Zoom, est le symbole de la petite start-up californienne devenue en sept ans une colossale entreprise valant près de 112 milliards US en Bourse, à la mi-décembre 2020. Elle a bien failli manquer son grand rendez-vous le printemps dernier, quand des controverses sur sa collecte de données confidentielles et la sécurité déficiente de sa plateforme ont éclaté. Paradoxalement, c’est la facilité de son utilisation qui est en partie responsable d’un des problèmes les plus médiatisés, l’apparition inopinée de trouble-fêtes lors des réunions. L’entreprise a assuré, le 1er juillet, avoir mis en place plus d’une centaine de correctifs depuis cette tempête.

Ses nombreuses fonctions : les sondages-minute, des outils pour les questions-réponses, la possibilité de lever la main pour demander la parole ou de discuter en parallèle en clavardage.

 

Equipes au travail

Teams, lancée par Microsoft en 2017, est beaucoup plus qu’une plateforme de visioconférence. Totalement intégrée à la suite Office 365, qui comprend notamment les logiciels très populaires Word, Excel et Outlook, elle permet de combiner facilement tous ces contenus dans des échanges de groupe. Perçue à ses débuts comme un concurrent de Slack, elle est surtout devenue le numéro deux des visioconférences en 2020 et talonne Zoom.

Petites remarques de geeks : Teams permet de flouter l’arrière-plan – et non seulement de le remplacer par une photo de plage ou de vaisseau spatial. «Le blur, c’est distinct et beaucoup plus compliqué, c’est intensif pour les ressources informatiques». L’autre gadget rigolo, c’est le mode Ensemble, qui aligne tous les participants comme s’ils étaient dans la même pièce. «C’est un bon coup de marketing».

 

Et la qualité ?

Techniquement, il est pratiquement impossible d’établir un net vainqueur entre Teams et Zoom. L’écrasante majorité des tests comparatifs consultés n’arrivent pas à départager les deux plateformes, capables toutes les deux de diffuser en haute résolution et, surtout, de s’adapter aux connexions internet plus lentes avec une moindre qualité.

Le Worcester Polytechnic Institute, établi au Massachusetts, a récemment publié une étude de 48 pages sur les capacités techniques semblables des deux plateformes, accordant toutefois à Zoom une légère avance pour la constance de sa bande passante.

Les sujets de l’étude ont préféré, par une faible marge, Zoom, notamment en raison de son interface plus intuitive.

 

Le « Teams bashing »

Très utilisé dans le milieu scolaire et dans les organisations, Teams n’a manifestement pas l’aura de start-up à succès de Zoom. «Il y a du bashing contre Teams parce qu’on le perçoit comme un compétiteur de Slack, poussé un peu de force par le géant Microsoft comme ils l’ont fait avec Internet Explorer », estiment des spécialistes.