Football – Ligue des champions d’Europe : Dotations, remplacements, tapis vert: ce qu’il faut savoir

La Ligue des champions a repris mardi 20 octobre dans un contexte marqué par la pandémie de coronavirus, qui jette l’incertitude sur les recettes financières de l’épreuve et impose des adaptations du règlement.

 

A la différence des années précédentes, l’UEFA n’a pas encore fait connaître ses dotations pour sa compétition reine, qui pourrait s’avérer moins lucrative que d’habitude tant la crise sanitaire a plombé les finances du football.

En 2019-2020, chacun des 32 clubs engagés dans la phase de groupes avait touché un minimum de 15,25 millions d’euros avant d’inscrire le moindre point. Chaque victoire en phase de groupes rapportait 2,7 millions d’euros supplémentaires, chaque match nul 900.000.

Les équipes qualifiées pour les huitièmes de finale avaient perçu 9,5 millions d’euros de plus à ce titre. S’y ajoutaient 10,5 millions d’euros pour les quarts de finalistes et 12 millions d’euros pour les demi-finalistes.

Vainqueur de la finale (1-0), le Bayern Munich avait empoché 19 millions d’euros supplémentaires, contre 15 millions pour le PSG, finaliste.

S’ajoutait à ces dotations fixes une part variable selon les performances du club sur dix ans, pouvant rapporter jusqu’à 35,46 millions d’euros: le Real Madrid occupe la tête de ce classement devant le Bayern, alors que Paris pointe en huitième position.

Enfin, le gâteau des droits télé – 292 millions d’euros l’an dernier – est réparti selon la valeur de chaque marché TV des clubs participants.

 

Formule

Elle est identique aux années précédentes, quoique la phase de poules soit ramassée d’octobre à décembre au lieu de commencer en septembre: quatre équipes s’affrontent dans chaque groupe en matches aller et retour, avec 3 points par victoire et 1 point par match nul. Les deux premières du classement sont qualifiées en huitièmes de finale et la troisième est reversée en 16es de finale de Ligue Europa.

A partir des huitièmes de finale de la C1, les équipes s’affrontent lors de doubles confrontations (aller-retour) à élimination directe, avant une finale prévue sur une rencontre à Istanbul le 29 mai 2021. L’UEFA refuse pour l’heure d’envisager un « Final 8 » sur terrain neutre comme celui disputé en août dernier et espère mener à son terme la formule habituelle.

 

Tapis vert

Le contexte sanitaire a créé deux nouveaux risques de défaite par forfait, chaque fois sur un score de 3-0. Ce sera le cas si une équipe ne peut aligner «au moins treize joueurs» dont un gardien de but, parce qu’une grande partie de son effectif est malade ou en quarantaine, et s’il n’est pas possible de reprogrammer la rencontre dans les délais fixés par l’UEFA.

La même sanction guette un club jugé « responsable du non-déroulement d’un match » en raison des restrictions imposées par ses autorités nationales, par exemple une fermeture des frontières ou des mesures de quarantaine: il faudrait alors trouver un stade en terrain neutre pour délocaliser la rencontre.

 

Presse

Le règlement de l’UEFA prévoit au moins 100 places à disposition des journalistes lors des rencontres de la phase de groupes. Pour celles à élimination directe, ce chiffre passe à 200.

 

Remplacements

Comme pour les matches internationaux et pour la Ligue Europa, les équipes ont le droit à cinq changements chacune, au lieu des trois remplacements habituels, afin «de soulager le fardeau pour les joueurs» des calendriers densifiés en 2020-2021 en raison de la pandémie, explique l’UEFA.

Lors des matches à élimination directe, un sixième remplacement est possible en prolongation.

 

VAR

L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), introduite pour la saison 2019/20, reste en place à tous les stades de la compétition.

AFP