Rentrée scolaire 2020-2021 : La date pas encore fixée

Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a affirmé, dimanche 27 septembre à Alger, que la date de la rentrée scolaire 2020-2021 n’a pas encore été fixée et que le secteur se concertera avec les partenaires sociaux sur les modalités à même de mener à bien cette rentrée, et ce «par souci de préserver la santé et l’intégrité des élèves et de tout le personnel travaillant dans les établissements d’enseignement».

S’exprimant lors d’une réunion avec les partenaires sociaux du secteur, M. Ouadjaout a indiqué que la date de la rentrée scolaire n’a pas encore été fixée en raison de la poursuite de la propagation du nouveau Coronavirus, même si, a-t-il ajouté, le taux des cas confirmés est en net recul, ces derniers temps.

«Nous ne voulons pas mettre en péril la santé de nos enfants, de leurs parents et de l’ensemble du personnel travaillant dans les établissements d’enseignements», a-t-il rassuré, avant d’ajouter: «C’est la raison pour laquelle, nous nous concerterons autour des mesures exceptionnelles possibles, à même d’organiser la scolarité des élèves, afin que les solutions proposées soient adéquates, tout en prenant compte des spécificités de chaque cycle et chaque établissement d’enseignement en terme du nombre des élèves scolarisés».

Eu égard aux missions dévolues au ministère et à son devoir d’assurer la continuité du service public de l’Education nationale, le ministre a affirmé que toutes les hypothèses possibles ont été étudiées, d’autant plus qu’un nombre de propositions avait été retenu pour l’organisation de la scolarité. Néanmoins, «aucune décision finale n’a été prise en la matière».

Soulignant la nécessité de consulter les partenaires sociaux du secteur, tout en étant à l’écoute de leurs avis en vue d’aboutir à une vision commune qui sera soumise prochainement au Gouvernement, M. Ouadjaout a fait savoir qu’il accordait «une grande importance aux propositions des partenaires en la matière, lesquels sont au contact permanent avec l’élève».

Le ministre s’est dit «convaincu» de parvenir, dès le parachèvement des concertations avec l’ensemble des partenaires sociaux, à «une solution qui satisfasse les élèves et leurs parents et rassure la corporation de l’Education».

La majeure partie des partenaires sociaux qui a proposé la date du 8 novembre prochain pour la rentrée scolaire, a estimé «indispensable de reprendre la scolarité en se conformant à un strict protocole sanitaire».