Mauvais en mathématiques ? : C’est (en partie) à cause des parents

Selon une nouvelle étude anglaise, les enfants qui entretiennent une relation harmonieuse avec leurs parents ont de meilleurs résultats en mathématiques que les autres.

 

A ceux qui n’ont jamais aimé les mathématiques, pour lesquels, à l’école, cette matière a toujours été une véritable… épreuve, qu’ils cessent de «culpabiliser». Bonne nouvelle en effet car s’ils sont ainsi, ce n’est peut-être pas totalement de leur faute. Des chercheurs de l’université de Sussex, en Angleterre, ont voulu savoir s’il existait un lien entre le niveau en mathématiques des enfants (et leur « amour» pour cette matière) et les relations qu’ils entretiennent avec leurs parents.

A la base de cette étude, les chercheurs ont constaté que de très nombreux Anglais (ceci est vrai aussi un peu partout dans le monde) traversent actuellement une «crise des mathématiques». Les adultes possèderaient en effet un niveau exécrable. Des lacunes pouvant impacter considérablement leurs chances de réussite une fois arrivés dans la vie professionnelle.

Afin de mieux comprendre l’origine de cette crise, les chercheurs se sont intéressés à des enfants nés au Royaume-Uni entre le 1er avril 1991 et le 21 décembre 1992. Pour cette étude, les enfants et leurs parents ont fourni des données depuis la naissance des petits jusqu’à nos jours. Les chercheurs ont pris en compte l’environnement familial des enfants, avant de le comparer aux scores des tests de mathématiques.

Grâce à leurs observations, les scientifiques ont constaté que deux aspects impactaient considérablement le niveau en mathématiques des enfants : la relation de travail entretenue avec les parents et leurs niveaux d’éducation. En effet, lorsqu’un parent et un enfant étaient capables de travailler ensemble harmonieusement, les chercheurs ont découvert que l’enfant était alors plus susceptible d’obtenir de meilleurs résultats en maths à l’école. Précisément, les progrès en mathématiques réalisés par les élèves de sixième année possédant des relations harmonieuses avec leurs parents étaient d’un tiers supérieurs à ceux des autres enfants.

 

Accompagner les enfants

Les chercheurs ont également noté que les enfants dont un ou les deux parents avaient obtenu un diplôme universitaire avaient également tendance à mieux réussir dans leurs cours de mathématiques que les autres. «Ce que notre étude a montré, c’est que l’éducation parentale a toujours la plus forte association avec les résultats en mathématiques et a un effet plus important que l’harmonie parent-enfant», conclut Danielle Evans, chercheuse en réussite en mathématiques à l’Université de Sussex. Ainsi, comprendre quels facteurs dans l’enfance ont des impacts négatifs sur la trajectoire de la réussite en mathématiques aidera à mettre en place des stratégies pour atténuer les difficultés que beaucoup d’adultes ont avec les mathématiques et sera essentiel pour résoudre la crise des mathématiques au Royaume-Uni (et pourquoi pas dans le monde).