Télévision par satellite : Le méga projet chinois pour le continent africain

L’appétit de la Chine pour le continent africain semble ne plus avoir de limite. Dernière illustration en date, le titanesque projet de l’Empire du milieu, qui compte connecter pas moins de 10.000 villages d’Afrique à la télévision par satellite. Le début de cette opération s’est effectué jeudi 24 octobre à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire.

 

Pour un début, il s’agira de connecter 500 villages ivoiriens à la télévision par satellite. Mais à terme, ce sont 20 pays africains que la deuxième puissance économique mondiale vise dans le cadre de son méga projet, qui permettra aux populations rurales de recevoir la télévision chez elles.

Wan Li, ambassadeur de Chine en Côte d’Ivoire, qui s’exprimait lors de la cérémonie de lancement : «Cette initiative s’inscrit dans le cadre des dix programmes prioritaires de coopération destinés à stimuler la coopération entre la Chine et l’Afrique sur une période de quatre années».

L’ambassadeur n’a pas omis de rappeler que l’initiative avait déjà été présentée au grand jour en 2015 par le président chinois Xi Jinping. C‘était à Johannesburg, en Afrique du Sud, lors du forum sur la coopération Chine-Afrique.

Heureux du projet, le ministre ivoirien de la Communication, Sidi Tiémoko Touré, a laissé entendre que «ce projet va contribuer de façon effective et significative à réduire la fracture numérique».

Ce projet, que d’aucuns appellent déjà par le nom de projet TV 10.000 villages, a pour cible prioritaire les villages composés de 100 foyers. Chaque foyer aura à lui seul une série d‘équipements conséquents, composée de deux systèmes de télévision par projecteur avec comme source l‘énergie solaire, d’une télévision numérique et de paraboles satellitaires.

Le groupe choisi pour le pilotage du méga projet n’est autre que le chinois Startimes, qui soutient avoir dépensé en termes d’investissements pas moins de 700 millions de dollars sur le continent depuis l’année dernière.

La Chine n’en est pas à son premier coup en Côte d’Ivoire. L’Empire du milieu, qui est le troisième partenaire commercial de ce pays d’Afrique de l’Ouest, y a dressé les murs de sa toute première Chambre de commerce des entreprises chinoises (CCEC) en 2017.

 

Plus de quarante entreprises chinoises en Côte d’Ivoire

Cette Chambre de commerce est à l’image même de la grandeur de la Chine, avec pas moins de 40 entreprises évoluant dans des domaines aussi différents les uns les autres, que lucratifs.

Il s’agit notamment de sociétés lancées dans de vastes projets tels que l’extension du réseau électrique et le réseau haut débit à fibre optique, la vidéo-protection du District d’Abidjan, l’extension du port d’Abidjan, la construction du stade olympique dont les travaux sont en cours dans la banlieue abidjanaise d’Ebimpé ou encore, la construction de l’alimentation en eau potable d’Abidjan.

Le stade olympique d’Ebimpé, aussi appelé ‘‘Arc de Triomphe’‘, sera un stade polyvalent, comme il n’en existe pas encore jusqu‘à ce jour en Côte d’Ivoire. Cela revient à dire que l’infrastructure de 60.000 places pourra accueillir des compétitions de diverses disciplines sportives comme le football, l’athlétisme ou le rugby, entre autres.

Le maître d‘œuvre de ce gigantesque stade de 20 hectares est le chinois Beijing Institute Architectural Design, qui sera aussi en charge de la construction d’un village olympique qui complétera l’ouvrage sportif sur une superficie de 287 hectares tout autour.

Selon un chiffre fourni par nos confrères de l’AFP (Agence France presse), les échanges commerciaux entre la Chine et la Côte d’Ivoire ont connu une hausse vertigineuse de 800% entre 2014 et 2016.

In africanews