Bon a savoir : Le tabac, 17 cancers à lui tout seul !

Premier facteur de risque évitable de cancers dans le monde, le tabac est responsable de près de 30% des décès par cancer. Il est à l’origine de centaines de milliers décès chaque année. Un serial killer bien identifié. Et pourtant les chiffres restent toujours aussi alarmants.

 

Cigarette, cigarette aromatisée, cigarillo, cigare, pipe, tabac à rouler, chicha… Le tabac sous toutes ses formes peut être à l’origine d’un cancer. Sans oublier bien entendu le tabagisme passif. Ce dernier a en effet été identifié comme un facteur de risque à part entière. En effet, les enfants de fumeurs sont exposés au risque d’infections respiratoires, de maladies cardiovasculaires et de cancer du poumon.

Ainsi, le tabac tue des millions de fumeurs chaque année dans le monde. Mais ces derniers ne sont pas les seules victimes. Leur entourage peut également mourir d’une exposition au tabagisme passif.

Au total, plus de 4 000 produits chimiques sont présents dans une cigarette. Et plus d’une soixantaine ont été reconnus par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS, qui se trouve à Lyon, en France, comme cancérigènes : benzène, arsenic, chrome, goudrons.

Voilà pourquoi le tabac est à lui seul impliqué dans plus de 80% des cancers du poumon, 75% des tumeurs touchant le larynx et 50% des cancers de la vessie. Au total, les produits inhalés sont de puissants cancérogènes incriminés dans le développement de 17 localisations différentes : cancers des voies urinaires, du rein, du col de l’utérus, de l’ovaire, du côlon, du rectum et de l’estomac, certaines hémopathies et même du cancer du sein.

 

Des traitements qui partent… en fumée

Par ailleurs, selon l’Institut national du Cancer (INCa -France), « la consommation de tabac est également associée à une moins bonne réponse aux traitements du cancer, à une aggravation des effets secondaires de ses thérapies et à une dégradation de la qualité de vie des patients ».

 

Quid de la cigarette électronique ?

Les substances cancérigènes contenues dans le tabac ne figurent pas dans les cigarettes électroniques. Les risques de maladies cardiovasculaires, d’affections respiratoires et de cancer pourraient donc être moindres avec ce produit. Cependant pour les spécialistes et les autorités sanitaires, ces faits restent à démontrer. De plus, on ne connaît pas encore les effets sur la santé d’une utilisation prolongée de ce dispositif. C’est pourquoi les experts sanitaires la déconseillent actuellement aux non-fumeurs.