Bien dans sa peau : 11 bénéfices de l’exercice sur le corps

On sait tous que l’exercice est bon pour l’être humain. Pour recharger les batteries, le sport est le meilleur allié. Mais concrètement, que se passe-t-il dans l’organisme lorsqu’on est actif ? Voici 11 bienfaits parfois insoupçonnés de l’activité physique sur le corps et l’esprit. De quoi donner 11 raisons de plus de bouger!

 

Des os denses et solides

L’activité physique, et particulièrement la musculation, contribue à prévenir la perte de densité osseuse liée au vieillissement. Elle peut également freiner cette perte de densité chez les personnes déjà atteintes d’ostéoporose. En améliorant l’équilibre et la coordination, l’exercice réduit aussi le risque de chutes, qui causent bien souvent des fractures.

 

Un coeur plus efficace

Plus on pratique de sports à haute intensité, comme la course ou la natation, plus le coeur devient efficace. Par conséquent, la fréquence cardiaque au repos tend à baisser, et le coeur doit également travailler moins fort pour éjecter le sang vers les artères, ce qui diminue la pression artérielle.

 

Un sommeil profond et réparateur

La pratique régulière d’activités physiques améliore la durée et la qualité du sommeil, particulièrement le sommeil profond. Elle engendre aussi moins de périodes d’éveil nocturne. Mieux encore : dormir une bonne nuit rend plus en forme pour faire du sport le lendemain!

 

Une meilleure santé oculaire

Une étude réalisée en 2006 par des chercheurs de l’Université du Wisconsin, aux Etats-Unis, a démontré que les personnes physiquement actives avaient 70 % moins de risques de souffrir plus tard de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), la première cause de perte de vision chez les plus de 50 ans.

 

Une image corporelle positive

Bouger améliore l’image corporelle, révèle une étude menée par l’Université de la Colombie-Britannique, au Canada, en 2017. Après avoir complété un entraînement d’intensité modérée à élevée de 30 minutes, les participantes se sentaient plus fortes et plus minces, ce qui en retour leur procurait une confiance accrue en elles-mêmes.

 

Une grossesse plus facile

Pour les femmes, faire du cardio pendant la grossesse favorise une meilleure oxygénation du placenta et diminue le risque de faire de la rétention d’eau. Les exercices de renforcement musculaire réduisent quant à eux les risques de douleurs lombaires et d’incontinence urinaire. Enfin, l’exercice limite la prise de poids au troisième trimestre.

 

Une réduction du stress

Sécrétée par l’hypophyse et l’hypothalamus, deux glandes situées dans le cerveau, l’endorphine contribue à diminuer le stress tout en procurant une agréable sensation d’euphorie. Or, l’activité physique, surtout le sport d’endurance, constitue un des meilleurs moyens d’amener ces glandes à sécréter cette puissante hormone.

 

Du sperme de qualité

Une recherche publiée en 2013 dans la revue British Journal of Sports Medicine a démontré que la concentration du sperme en spermatozoïdes était 50 % plus importante chez les jeunes hommes qui faisaient 7 heures de sport par semaine comparativement à ceux qui bougeaient moins d’une heure.

 

Une bonne posture

Les exercices qui visent le renforcement des muscles abdominaux, comme le pilates, comportent de nombreux bénéfices. Ils aident à maintenir la courbure normale du dos et à avoir une meilleure posture, en position assise ou debout. Des abdominaux forts permettent également de prévenir les maux de dos et les blessures.

 

Des poumons sains

Au-delà de la gomme et des timbres de nicotine, l’exercice physique peut faciliter la cessation tabagique, notamment en atténuant les symptômes du sevrage et les envies de fumer. Et tourner le dos à la cigarette va de pair avec une meilleure santé pulmonaire (ainsi qu’avec un moins grand risque de développer un cancer).

 

Une accélération du transit intestinal

S’activer sur une base régulière accélère le transit intestinal, c’est-à-dire le déplacement des déchets dans le côlon. En plus de prévenir la constipation, le passage plus rapide des selles réduit le temps pendant lequel le côlon est exposé aux substances cancérigènes présentes dans certains aliments.