Animaux : Les rayures des zèbres les protègent des mouches

Les rayures des zèbres restent un sujet très débattu dans la communauté scientifique. Elles pourraient donner le tournis aux prédateurs, tenir l’animal au frais ou encore lutter contre les insectes. Mais aucune de ces suppositions n’a pour l’instant été confirmée avec certitude. 

L’équipe de Tim Caro, biologiste à l’Université de Californie, aux Etats-Unis, avait déjà émis l’hypothèse que les rayures des zèbres le protégeaient des taons, ces insectes piquants qui ressemblent à de grosses mouches. Une question restait en suspens : comment les rayures repoussent-elles les insectes ?

 

Des costumes à rayures pour les chevaux

Les scientifiques ont étudié avec attention des chevaux (de couleur unie) et des zèbres qui résidaient dans une ferme anglaise. Dans leurs champs, les animaux étaient exposés à des taons. Une première observation a pu mettre en évidence que ces mouches étaient tout autant attirées par les zèbres que par les chevaux. Les taons tournent longuement autour des deux espèces, sans se soucier de la couleur de leur pelage. Les rayures du zèbres n’ont donc aucun pouvoir répulsif à distance !

Un détail a intrigué les chercheurs : les taons se posaient moins sur les zèbres que sur les chevaux. Ils ont alors eu l’idée d’habiller les chevaux avec des costumes noirs, blancs ou à rayures. Et le manteau zébré s’est révélé être efficace : les insectes atterrissaient beaucoup moins sur les chevaux qui portaient des rayures.

Une analyse de ralentis vidéos a montré que les rayures perturbent la vision de ces grosses mouches, qui calculent mal la distance qui les sépare de l’animal. Les taons arrivent trop vite, n’ont pas le temps de ralentir et rebondissent contre le zèbre ! Grâce à son pelage original, le zèbre subit moins de piqûres.

 

Se protéger des mouches à tout prix

Les rayures ainsi que les battements réguliers de queue sont deux éléments clés qui protègent la fine peau des zèbres, particulièrement sensibles aux infections. En Afrique, les mouches sont porteuses de maladies graves comme les trypanosomiases ou la grippe équine. Les chercheurs pensent que les caractères physiques, comme les rayures, et comportementaux, comme les battements de queue, ont pu être sélectionnés par l’évolution car ils protégeaient les zèbres des maladies causées par ces piqûres de mouches.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire