Il vient d’être « vire » de Manchester United : Avec Mourinho, l’amour dure trois ans

Deux Ligues des champions, huit titres nationaux et quinze victoires en Coupe, le palmarès de José Mourinho est tout simplement exceptionnel. Si le manager portugais remplit la salle des trophées des clubs partout où il passe, sa troisième année à la tête d’un collectif lui est pourtant systématiquement fatale. José Mourinho serait-il donc un entraîneur à durée déterminée ? Alors que le tacticien portugais a coaché les meilleures équipes européennes (FC Porto, Chelsea, Inter Milan, Real Madrid et Manchester United), il n’est jamais parvenu à s’installer durablement dans un club. À croire qu’au terme de trois saisons le « Spécial One » n’a plus grand-chose de spécial.

A la tête de Manchester United depuis l’exercice 2016-2017, José Mourinho a été remercié ce mardi. En cause ? Des résultats en berne, une qualité de jeu médiocre, des relations conflictuelles avec certains joueurs (notamment l’international français Paul Pogba) et des tensions avec des membres de la direction. Après une entame de championnat catastrophique, le club signe son plus mauvais début de saison depuis 1990. Sixièmes du championnat, les Red Devils accusent un retard de 19 points sur le leader Liverpool. Une mésaventure qui n’est toutefois pas une première pour le technicien portugais.

 

Des exploits avant la chute

C’est au FC Porto que « Mou » écrit les premières pages de sa légende. En 2004, il remporte avec le club portugais sa première Ligue des champions, l’un des plus grands exploits footballistiques du début du siècle. Cette année-là, il signe même un triplé historique : champion du Portugal, vainqueur de la Coupe du Portugal et vainqueur de la C1. L’année précédente, il offrait au FC Porto un titre de champion du Portugal et une victoire en Europa League. Mais quelques heures seulement après son sacre en Ligue des champions, le « Special One » abandonne les siens pour se rendre à Londres et signer un contrat avec Chelsea. L’homme quitte Porto au sommet de son art. Mais en s’en allant du club qui l’a fait roi, Mourinho le dépouille de ses meilleurs joueurs et de membres du staff. Après lui, le néant.

Lors de ses deux premières saisons à Chelsea, José Mourinho remporte deux titres consécutifs. Mais lors de sa troisième saison à Stamford Bridge, la situation avec le club se détériore. Des conflits avec le propriétaire des Blues, Roman Abramovitch, ont raison de leur collaboration. Alors que Chelsea remporte la FA Cup et la Coupe de la Ligue en 2006, les résultats en Premier League se révèlent décevants, loin des standards habituels du club qui termine six points derrière Manchester United. Un motif suffisant pour que le club londonien se sépare du technicien portugais en septembre 2007, juste après le début de saison. Mourinho, lassé, tente sa chance en Serie A et débarque à la tête de l’Inter Milan.

Après un nouveau triplé historique Coupe-Championnat-Ligue des champions, avec l’Inter, José Mourinho arrive en véritable héros sur le banc du Real Madrid en mai 2010. S’il termine deuxième de Liga lors de la première saison, sa deuxième année chez les Merengue est celle de tous les records. L’entraîneur portugais remporte la Liga avec le Real Madrid et met enfin un terme à la domination barcelonaise. Champion d’Espagne, le nonuple vainqueur de la Ligue des champions devient le premier club à atteindre la barre des 100 points en Championnat. Mais c’est aussi au Real que débute la chute du « Special One ». Lors de sa troisième saison au club, la réussite n’est plus au rendez-vous. Les joueurs de la capitale espagnole terminent à 15 points derrière le FC Barcelone en Liga, sont éliminés en demi-finale de la Ligue des champions par le Borussia Dortmund et sont défaits en finale de la Copa Del Rey contre l’Atlético Madrid. Comme si les échecs sportifs ne suffisaient pas, son troisième mandat à Madrid est également marqué par des problèmes hors des terrains et des clashs avec des joueurs comme Sergio Ramos, Iker Casillas ou encore Cristiano Ronaldo. Les relations de Mourinho avec les médias espagnols se détériorent à la suite des accusations pour favoritisme de Barcelone et ses critiques à l’encontre de Karim Benzema. Mourinho qualifiera cette saison de « pire » de sa carrière et quittera le club trois jours après la fin de la saison.

 

Fiasco

En juin 2013, José Mourinho effectue son grand retour à Chelsea. Lors de sa première saison, le « Mou » réalise un début de parcours réussi menant ses joueurs en demi-finale de Ligue des champions et terminant à la troisième place de Premier League. L’année suivante sera celle de la consécration pour l’entraîneur portugais. Il remporte son troisième titre de champion avec Chelsea. Mais, à l’instar de sa fin de parcours au Real Madrid, le Portugais tombe au bout de la troisième saison. Enchaînant les mauvais résultats, il est remercié par les dirigeants londoniens le 17 décembre 2015, après seulement quatre victoires en seize matches de championnat et un point seulement au-dessus de la zone de relégation. José Mourinho reste tout de même le manager le plus titré de l’histoire du club.

Enfin, en grandes difficultés depuis le départ de Sir Alex Ferguson, en 2013, Manchester United annonce, en mai 2016, l’arrivée sur son banc du « Special One ». Sixième de Premier League lors de sa première saison, le Portugais parvient tout de même à qualifier son équipe pour la Ligue des champions en remportant la Ligue Europa. Mais son parcours en demi-teinte sur le banc de Manchester United continue lors de la saison 2017-2018. Les Mancuniens terminent deuxièmes de Premier League à 19 longueurs du champion, Manchester City. Pire, ils sont éliminés en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pour sa troisième saison à la tête des Red Devils, le début de championnat s’avère catastrophique. Et il est remercié le 18 décembre 2018. Le club le plus riche du monde aura investi 466 millions d’euros dans un projet qui, trois saisons plus tard, est un fiasco total.

 

L’échec de la méthode Mourinho

À défaut de donner dans le football champagne, José Mourinho met en place des équipes qui se révèlent être de formidables machines, bien huilées, bien articulées, et brillantes dans l’art de faire déjouer ses adversaires. Connu pour son style pragmatique, le « Mou » développe une tactique très défensive et peu esthétique qui procure toutefois de bons résultats. Mais à Manchester United, cela ne passe pas. Bercés par le style flamboyant du Manchester des années Ferguson, les supporteurs des Red Devils ne se retrouvent pas dans cette nouvelle identité de jeu. Et les joueurs non plus, à l’image de Paul Pogba, qui s’était notamment plaint du manque de spectacle proposé.

Entraîneur intransigeant et réputé peu chaleureux envers ses joueurs, Mourinho finit souvent par perdre leur adhésion dès la troisième année. Efficace à son arrivée, la gestion humaine du Portugais s’essouffle systématiquement avec le temps. À l’aube de ses troisièmes saisons en club, le coach ne parvient plus à fédérer l’équipe autour d’une cause commune. L’univers clos qu’il met en place, sa volonté de contrôle total et cette passion du clash finissent par se retourner contre lui. Ses sorties sur les arbitres, les adversaires ou même ses joueurs n’amusent plus. À Manchester United (où il débute à l’été 2016), il a tiré sur les mêmes ficelles, allumé des incendies un peu partout sans jamais parvenir à les éteindre. José Mourinho a perdu ce qui était sa force : l’admiration des joueurs.

 

Qui pour lui succéder à Manchester ?

Au lendemain de l’éviction de Mourinho, les Red Devils ont annoncé son remplacement par le Norvégien Ole Gunnar Solskjaer, ancien illustre attaquant du club anglais. Aujourd’hui âgé de 45 ans, Solskjaer a porté le maillot des Red Devils entre 1996 et 2007, marquant 126 buts en 366 matches. En 2008, il a dirigé l’équipe réserve de ManU, avant de prendre la direction de Molde FK début 2011. Après un passage à Cardiff City en 2014, il est revenu à Molde, où il termine le championnat à la deuxième place. Solskjaer prend donc en main l’équipe première avec effet immédiat et restera en place jusqu’au terme de la saison, a annoncé le club, le temps pour Manchester United de mener à bien sa recherche d’un nouvel entraîneur.

Mais, avant cette nomination, Zinédine Zidane aurait reçu une offre de la part de Manchester United. Une proposition à laquelle le technicien français n’aurait pas encore répondu. Si Zizou ne souhaite pas prendre les rênes d’un club en cours de saison, le champion du monde 98 envisagerait de répondre favorablement à la demande des Red Devils en juin. Zinedine Zidane pourrait ainsi succéder à José Mourinho et à Ole Solskjaer en fin de saison. Autres noms cités par la presse anglaise : Antonio Conte, Leonardo Jardim, Laurent Blanc, ou encore Ryan Giggs, l’ancienne idole du club désormais à la tête du pays de Galles.