Dispositifs «ANSEJ» et «CNAC» a Alger : Plus de 9.000 projets financés depuis 2014

Plus de 9.000 projets ont été financés à Alger, depuis 2014 jusqu’au neuf (9) premiers mois de 2018, dans le cadre de l’ANSEJ et de la CNAC, a indiqué le directeur de l’emploi de la wilaya.

Concernant l’évolution des projets financés et des postes d’emploi créés dans la capitale, Abderrachid Brahimi a fait état du financement, depuis 2014 jusqu’à fin septembre, d’un total de 9.004 projets et de la création de 15.746 nouveaux postes d’emploi dans le cadre des dispositifs «ANSEJ» et «CNAC».

L’intervenant a précisé, dans ce cadre, que la catégorie des femmes avait bénéficié, depuis 2014, d’un taux de 22,75 % sur le total des projets financés qui s’élèvent à 9.004 projets, tandis que le taux de recouvrement des dettes est de 52,71 %.

Rappelant que la wilaya d’Alger avait enregistré, depuis 2014, un recul du nombre de projets financés dans le cadre des dispositifs «ANSEJ» et «CNAC», en raison du gel de certaines activités arrivée à saturation, M. Brahimi a affirmé que les efforts étaient centrés actuellement sur l’orientation du financement vers des projets efficients dans des secteurs vitaux qui sont le moteur du développement durable et une source de création des richesses, à l’instar de l’agriculture, de la pêche, du bâtiment & travaux public et de l’artisanat.

Il a expliqué, dans ce sens, que le financement sera désormais orienté vers des activités dont les promoteurs détiennent des diplômes universitaires ou des diplômes de formation professionnelle, tout en ouvrant à «accroitre un véritable et efficace accompagnement» à ces jeunes, afin d’assurer la pérennité de leurs entreprises sur le marché national.

Les mécanismes d’emploi de jeunes dispenseront des formations au profit des promoteurs dans le domaine de la gestion des entreprises et s’emploieront à l’orientation des efforts vers l’attrait des titulaires de diplômes universitaires et professionnels, à travers l’organisation de journées d’étude et d’information pour exhorter cette catégorie à créer leurs propres entreprises, notamment dans le domaine de l’agriculture, du tourisme et des technologies de l’information et de la communication (TIC), a-t-il souligné.

Détaillant la situation du marché du travail, M. Brahimi a fait état de l’enregistrement de 57 172 demandes d’emploi, dont 38 078 par des demandeurs de sexe masculin et 19 094 de sexe féminin, dont 19 083 sans qualifications, soit un taux de 33%.

Chez la catégorie des cadres et cadres supérieurs, 17 931 demandes d’emploi (31%) ont été enregistrées, contre 13 181 demandes (23%) chez la catégorie agents qualifiés et 3 708 demandes introduites par des demandeurs ayant la qualification de technicien supérieur (6%).