Alzheimer : Un odorat en déclin serait le premier signe de la maladie

Un test qui mesure le sens de l’odorat pourrait bientôt devenir la nouvelle arme des neurologues pour déterminer quels sont les patients qui sont à risque de maladie d’Alzheimer.

Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, aux Etats-Unis, ont trouvé des preuves de plus en plus flagrantes que le sens de l’odorat diminue fortement dans les premiers stades de la maladie d’Alzheimer .

Cette étude confirme qu’un simple «sniff test» pourrait aider les neurologues à faire leur diagnostic car la perte d’odorat est également utile pour déterminer si un patient souffre de déficience cognitive légère , une maladie qui évolue souvent en maladie d’Alzheimer au bout de quelques années.

Pour leur étude, les chercheurs ont utilisé un jeu vendu dans le commerce qui propose d’identifier 16 odeurs parmi les plus fréquentes. Ils ont proposé ce jeu à 728 personnes âgées qui avaient déjà été vues par le neurologue et identifiés comme étant «en bonne santé», «atteint de déficience cognitive légère» ou «atteint de la maladie d’Alzheimer».

En comparant avec les tests, ils ont découvert que 87% des personnes atteintes de déficience cognitive légère souffraient d’un odorat en déclin.

«Nous espérons maintenant valider un test plus court afin d’encourager plus de cliniques de neurologie à opter pour ce type de dépistage», ajoutent les chercheurs.